Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Hommage à René Vautier, cinéaste combattant.

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Dimanche 31 mai, à 15h30, le Musée de l’Histoire de l’Immigration et le Maghreb des Films rendent hommage à René Vautier, le réalisateur français décédé le 4 janvier dernier, par une série de projections au Palais de la Porte Dorée.

René Vautier était un réalisateur résolument engagé. Très jeune il a rejoint la Résistance, après la guerre il a suivi les cours de l’IDHEC et a adhéré au Parti Communiste. En 1950, il a été condamné à un an de prison pour son premier film Afrique 50 qui dénonce le travail forcé et les violences des autorités coloniales contre les populations de Côte d’Ivoire et du Mali. Pendant la guerre d’Algérie, il s’est placé aux côtés du FLN pour acquérir l’indépendance et à la suite de mai 1968, il a rejoint le groupe Medvedkine formé autour de Chris Marker. Il a aussi été défenseur de l’autonomie de sa Bretagne natale.

Afin de rendre hommage à cet homme au récit de vie impressionnant, quatre de ses productions seront projetées :

  • Algérie en flammes est un reportage sur le mouvement de résistance algérien.
  • Les Trois Cousins est une fiction tragique narrant l’histoire de trois cousins algériens cherchant du travaille en France. Logés dans un étroit réduit, le poêle à charbon provoque leur asphyxie.
  • Dans Les Ajoncs, un immigré algérien (Mohamed Zinet) traverse la Bretagne à la recherche d’un travail. Il trouve une carriole et se met à vendre des ajoncs dans un village. A la sortie de l’usine, les ouvrières, en signe de solidarité, ramassent les fleurs dispersées et les lui paient.
  • Et le mot frère, et le mot camarade tente de réécrire l’histoire en poèmes. Cette œuvre, à l’initiative du Musée de la Résistance Nationale, a été réalisée par René Vautier avec l’aide de grands poètes tels que Aragon, Eluard, Desnos ; mais aussi en s’appuyant sur des poèmes écrits dans les prisons et les camps de déportation, des poèmes de fusillés.

A l’issu de la projection, un débat rassemblera : Peggy Derder, historienne, responsable du Département des Actions pédagogiques au Musée de l’Histoire de l’Immigration, Moïra Vautier, Bruno Muel et Nasr-Dinn Guenifi, qui ont assisté René Vautier dans de nombreux films et Gilles Manceron, historien. Mouloud Mimoun coordonnera les échanges.

Pour plus d’informations : ici.

Palais de la Porte dorée
293, avenue Daumesnil
75012 Paris






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

La party #1 don­nera, ce soir-là, une belle part à l’Ile de la Réunion, sous une forme tra­di­tion­nelle (Seksion Maloya) ou contem­po­raine (Jidé & G !rafe) mais aussi à deux très beaux pro­jets solo, inti­mis­tes et voya­geurs (Tuning & Our Land).
Loran Velia de Seksion Maloya nous fera décou­vrir des saveurs de l’Océan indien et nous vous pro­po­se­rons aussi des bois­sons avec ou sans alcool.


Le 30 mai, pro­jec­tion de films vidéo (extraits d’entre­tiens avec Armand Gatti), lec­ture de textes, témoi­gna­ges de celles et ceux qui l’ont connu grâce à l’écriture, la mise en scène, une action de créa­tion ou sim­ple­ment à l’occa­sion d’une ren­contre tel sera le pro­gramme de la soirée animée par Rachid BelkaÏd, Jean-Jacques Hocquard et Jean-Marc Luneau.


Le Festival TaParole revient à Montreuil du 10 au 18 juin pour une 15ème édition tou­jours placée sous le signe de la chan­son. Venez décou­vrir des artis­tes qui aiment les mots et les chan­tent durant 7 jours.


Les Inattendue(e)s, un week-end de décou­ver­tes marion­net­ti­ques pro­posé par Daru-Thémpô au Manipularium.


Une comé­dienne et un cla­ri­net­tiste che­mi­nent, à tra­vers les textes
de poé­tes­ses per­sa­nes, égyptiennes, syrien­nes contem­po­rai­nes.
Ils don­nent à enten­dre la voix de femmes qui lut­tent par l’écriture,
pour la liberté de dire, de penser, d’être et d’agir.



Nos amis de la troupe Jolie Môme pré­sen­tent actuel­le­ment dans leur très beau lieu de la Belle Étoile une pièce de Bertolt Brecht, l’un de ses textes mili­tants qu’il nom­mait « lehrs­tuck » (une pièce didac­ti­que) et qui dans son esprit étaient des­ti­nés à faire com­pren­dre, en par­ti­cu­lier aux jeunes gens, les fonc­tion­ne­ments d’une société capi­ta­liste tra­vaillée par la lutte des clas­ses.


Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan le mardi 25 avril à 20 heures à La Parole errante 9, rue François Debergue - Montreuil. (métro : Croix de Chavaux).