Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Articles offerts par L’Insatiable

Graines de Soleil au Lavoir Moderne

par Thomas Hahn
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Pas si mort que ça : Le LMP accueille la 13e édition du Festival au Féminin organisé par la compagnie Graines de Soleil… L’édition 2016 du Festival va se dérouler dans quatre lieux, dont le Lavoir Moderne Parisien (LMP), qui était, en 2014, la cible d’un promoteur immobilier luxembourgeois.

JPEG - 319.1 ko

La pétition ayant réuni des dizaines de milliers de signatures et la conscience chez les politiques de ce qu’une ordonnance de 1945 protège en France les lieux de culture ont jusqu’ici pu sauver ce lieu. La crainte de trop d’attention publique visant une société implantée dans l’un des paradis fiscaux de l’UE a sans doute incité le propriétaire à geler, provisoirement, son projet.

C’est la compagnie Graines de Soleil qui a repris le bail du LMP, sans réelle certitude quant au devenir de cette salle emblématique d’une culture mondiale de quartier. Mais l’acharnement pourrait payer. La compagnie espère une réouverture réelle en septembre et est en recherches des subventions nécessaires pour la remise aux normes de la salle. Ce serait la clé de voûte. Mais rien n’est acquis : « Nous avons beaucoup de soutien moral mais toujours pas de perspective financière. »

Le dimanche 28 février 2016, le LMP se présente pratiquement inchangé par rapport à son état en 2014. S’y déroule l’une des journées « Labo citoyen » organisées par Graines de Soleil avec atelier de théâtre forum, scène ouverte et concert du soir. Il y en a eu avant, et il y en aura encore (1).

JPEG - 352.4 ko

Du 4 au 8 mars, la compagnie Graines de Soleil propose donc la 13ème édition du Festival au Féminin, plateforme d’expression musicale, dramatique, comique, cinématographique, chorégraphique et autres, toujours en lien avec la diversité culturelle qui fait la richesse du quartier. Elle se déploie sur quatre lieux du 18ème arrondissement, et sur une durée certes réduite par rapport aux années précédentes, mais sa richesse est d’autant plus impressionnante (2). La philosophie de la compagnie et celle du LMP se rejoignent dans la volonté de créer à travers l’art des endroits favorables à la rencontre des communautés.

Carine Rolland, 1ère Adjointe au Maire du 18ème et Chargée de la Culture et du Patrimoine, ne s’y trompe pas. Elle souligne dans son édito au sujet du festival « une ode à la liberté et à l’égalité » ainsi que « la vitalité culturelle » de la Goutte d’Or, lieu d’une « richesse culturelle qui s’exprime à chaque coin de rue grâce aux artistes et associations  ».

Si cette reconnaissance pouvait s’exprimer par un soutien garantissant la pérennité du lieu, alors les populations, le quartier, la ville seraient gagnants. Tout le monde, sauf les promoteurs. On pourrait même imaginer un lieu de création avec appartements de résidence pour les artistes, à condition que le LMP puisse poursuivre son projet d’un lieu culturel qui, fait unique, freine la gentrification, au lieu de l’accélérer. Son sort en dira long sur les choix de société en haut lieu politique.

Thomas Hahn

Photos : Le LMP au 28 janvier 2016 pendant la préparation de la scène ouverte, (C) Thomas Hahn,

(1) https://www.facebook.com/Compagnie-Graines-de-Soleil-1496955803935518/
(2) http://festivalaufeminin.com






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.