Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Exposition "Chroniques"- Artistes à la Bastille

par L’équipe
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Le propos de l’exposition sera de témoigner et réagir à notre temps.
Selon le dictionnaire, les chroniques sont l’ensemble des nouvelles qui circulent, mais aussi des articles de presse consacrés à un sujet d’actualité exprimant un point de vue sur un événement.

Jean-Charles Troutot, l’initiateur du projet, a imaginé de l’illustrer avec le détournement des trois singes de la sagesse chinoise : celui qui ne veut pas voir verra, celui qui ne veut pas parler parlera, celui qui ne veut pas entendre entendra. Soit le contraire de la maxime affirmant que : "Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire, assure bonheur et tranquillité ".

Écouter, dire, montrer…. mais pas seulement. Les artistes plasticiens travailleront en complicité avec un écrivain vivant : journaliste, auteur, poète, parolier… L’occasion d’une rencontre entre jongleurs de mots et magiciens de formes et de couleurs. Les textes des auteurs et les oeuvres des 70 artistes participants seront exposés côte à côte.

Le souci du collectif est toujours très présent pour Artistes à la Bastille, il s’exprime durant chaque événement par la création d’une ou plusieurs installations impliquant tous les artistes.

Cette année, 2 installations collectives seront présentées dans l’espace du Bastille Design Center qui s’étend sur 3 niveaux.
Au rez-de-chaussée, une grande cage en bambou accueillera les visiteurs, faisant écho aux oeuvres individuelles et aux textes présentés par les artistes et leurs auteurs : elle sera remplie de journaux froissés et les pages du sommet seront taguées ou peintes. Les trois singes réalisés en grand format surgiront sur le dessus de la cage.
Dans l’escalier en triangle menant au premier étage, les casiers de bois seront investis par des oeuvres créées spécialement sur le thème du livre ; d’autres seront occupés par des journaux, vieux livres ou revues anciennes, peints de couleurs évoquant le papier journal. Dans certains rayons, photos et magazines témoigneront d’événements, qui en leur temps, avaient défrayé la chronique.

Exposition "Chroniques" d’Artistes à la Bastille
Du 11 au 15 novembre 2015 de 11h à 20h
Bastille Design Center
74 bd Richard Lenoir
75011 Paris
www.artistesalabastille.com






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.