Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Écritures en migration(s), rencontre à la librairie Folies d’Encre

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Le vendredi 23 janvier à 19h a eu lieu le vernissage de l’exposition Écritures en migration(s), Histoires d’écrits, histoires d’exils à la librairie Folies d’Encre (Saint-Denis). L’association Écritures Espaces Migrations de l’université Paris 8 proposera également un débat autour de deux publications avec des artistes et des universitaires.

Animés par une dynamique transdisciplinaire, les artistes exposants à la librairie Folies d’encre jonglent avec des images dessinées, des photographies, des feuillets illustrés. Unis par la thématique de l’exil et des migrations humaines, ils cherchent à transposer ces expériences dans leur pratique artistique. Henri Bokilo Boursier, Claire Kito, Régis Marzin, Valérie Pere et Raluca Vlad exposeront leurs créations jusqu’au 20 février prochain.

L’association Écritures Espaces Migrations, créée à la suite d’un colloque organisé en 2012 à Paris 8, est couplé avec un collectif universitaire, menant des recherches transdisplinaires autour de l’écriture des migrations. Ensemble, ils promeuvent et mettent en place des évènements scientifiques, culturels et artistiques. Les chercheurs seront présents vendredi 23 janvier pour débattre de deux publications, respectivement parues au printemps et à l’automne 2014 : « Écrire la migration », dossier publié dans la revue Hommes et migrations (n° 1306) et coordonné par Delphine Leroy et Amandine Spire ; Histoires d’écrits, histoires d’exils, Perspectives croisées sur les Écritures en migration(s), ouvrage collectif dirigé par Delphine et Marie Leroy.

Dans ces deux publications cohabitent des disciplines aussi variées que les sciences de l’éducation, l’histoire, la géographie, la sociologie, l’anthropologie de l’écriture, la littérature. Les auteurs problématisent la mise en récit des expériences migratoires, envisageant les écritures de soi comme des constructions traversées par la fiction et de multiples imaginaires socioculturels. « Écrire en migration relève d’un double mouvement qui ne cesse de s’auto-alimenter : d’une part, un mouvement introspectif qui questionne ou reconfigure sans cesse l’identité du narrateur dans et par le récit ; d’autre part, l’expression d’un témoignage qui dépasse l’histoire personnelle pour représenter ou dire un collectif, qu’il soit filial, communautaire ou expérientiel » [3].

Informations supplémentaires :
Librairie Folies d’Encre : ici.
Place du Caquet
Métro Saint-Denis Basilique

Revue Hommes et migrations : ici.




[1Delphine LEROY et Amandine SPIRE, « Ecrire la migration, écrire en migration(s) », Hommes et migrations, n°1306, printemps 2014, p. 7.

[2Delphine LEROY et Amandine SPIRE, « Ecrire la migration, écrire en migration(s) », Hommes et migrations, n°1306, printemps 2014, p. 7.

[3Delphine LEROY et Amandine SPIRE, « Ecrire la migration, écrire en migration(s) », Hommes et migrations, n°1306, printemps 2014, p. 7.





Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.