Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Deux « Labo Clastic » reviennent

par L’Insatiable
Sous thématique(s) : Théâtre , marionnettes
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Deux séances de « labo Clastic » organisées par la compagnie Clastic Théâtre se tiendront le 14 octobre pour faire évoluer les œuvres d’habitués des lieux.

La compagnie Clastic Théâtre prévoit deux séances de labo le 14 octobre. Lors de ces laboratoires, chacun est appelé à accompagner la créativité des artistes qui soumettent leurs œuvres. Rémi Deulceux revient pour une lecture de son texte dramatique inspiré par Salomé : Elle dormait tranquillement là où Hécate a enterré ses chiens. Aurélia Labayle et Aurélie Vilette dévoileront leurs avancements sur leur adaptation du roman Mon Ange de Guillermo Rosales.

Après avoir proposé un début de mise en scène lors de son dernier laboratoire, Rémi Deulceux revient sur l’écriture de son mythe de Salomé. L’auteur espère avoir soigné les longueurs dont son texte aurait souffert lors de la dernière présentation, et tente de retravailler son intelligibilité.

Aurélia Labayle et Aurélie Vilette se sont lancées dans l’adaptation de Mon Ange. Dans l’autofiction originale, le personnage de Guillermo Rosales, William Figueras, écrivain cubain exilé à Miami, sombre avant d’être sauvé à travers l’amour, l’amitié et l’art. Au cours de cette séance, un intérêt particulier sera porté au fauteuil, objet central pour l’adaptation.

La Clastic Théâtre est un lieux de création, d’expérimentation et de recherche. Pluridisciplinaire, il encourage et aide à se développer des œuvres aussi bien autour d’interprètes, que de marionnettes ou d’objets.

Pour plus d’informations : ici.

Clastic Théâtre
62 boulevard Victor Hugo
92110 Clichy

GIF - 32.3 ko





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La finance ne déter­mine pas la géo­gra­phie et l’his­toire,le Royaume Uni est bien en Europe.
Le Théâtre de l’Opprimé fêtera la 10ème édition du fes­ti­val MigrActions. Dès la pre­mière édition de MigrActions en 2007, le fes­ti­val affirme sa volonté de célé­brer la liberté de migra­tion des formes, des iden­ti­tés et des géné­ra­tions. Culture en mou­ve­ment, en action, pro­ve­nant d’une plu­ra­lité d’hori­zons artis­ti­ques.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.