Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Des nouvelles du Ravi !

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis la fin du mois de novembre 2014, le journal résolument satirique Le Ravi gravit le chemin de croix du redressement judiciaire. Ce « mensuel régional pas pareil » mène une campagne publique pour augmenter les abonnements, initiée en décembre 2014.

Dans un climat particulièrement trouble pour la presse, Le Ravi peine à survivre. Le redressement judiciaire relève d’une décision collective, prise communément par la rédaction et l’association éditrice La Tchatche, hantés par « le fantôme aqueux de la liquidation ». Depuis 2003, ils mènent main dans la main des actions d’éducation populaire : initiations au journalisme, projets avec des associations d’économie sociale et solidaire, mise en réseau de journaux qui se disent aussi « pas pareils ».

Le journal, peuplé d’enquêtes et de dessins satiriques, se cantonne aux actualités politique, sociale et culturelle de la région PACA. La rédaction revendique la lenteur comme un des principes qui régénéreront l’information. Face à un système médiatique toujours plus dépendant des intérêts financiers et à une information formatée par les phénomènes de concentration, Le Ravi se réclame de l’intérêt général, réaffirmant un pluralisme constitutif du débat public.

Si Le Ravi a sollicité les collectivités publiques en soutien, le journal reste méfiant quant à une aide instable et éphémère qui n’apaise guère sa vulnérabilité. C’est pourquoi la rédaction s’est lancée depuis décembre dernier dans un appel aux abonnements, fardé du nom cocasse de « Couscous Bang Bang 2015 », parodiant le nom du célèbre site de crowdfunding ! Leur objectif des 5102 abonnés s’accompagne d’un esprit démocratique : « on n’achète pas un journal libre mais on finance son indépendance ».

Dans le numéro de janvier 2015, les journalistes rendent un sincère hommage à Charlie hebdo, en revenant sur les amitiés qui les liaient aux caricaturistes malgré les désaccords qu’ils rencontraient parfois avec la ligne éditoriale . Ils consacrent également un long dossier à la deuxième édition des États généraux de l’urgence sociale en PACA ( Aix-en-Provence, décembre 2013), au cours desquels acteurs sociaux et associations se sont réunis sur le thème de la lutte contre la discrimination et l’exclusion dans le secteur sanitaire.

La page du mensuel, c’est ici.
Pour participer au Coucous bang Bang Royal, c’est ici.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’en par­lais récem­ment ici, il est des mala­dres­ses à toutes les mises en expo­si­tion. À la Maison Victor Hugo, ce qui m’a dérangé c’est le rai­son­ne­ment qui a pré­cédé la cons­truc­tion du propos cri­ti­que. Je vou­drais sou­li­gner plu­sieurs pro­blè­mes, et non des moin­dres, puisqu’ils sont dis­cri­mi­na­toi­res.


J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.