Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Archives

"De très vieilles ombres sont de retour et nous fixent sans trembler."

Patrick Chamoiseau
par Samuel Wahl

Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


À la veille des rassemblements qui ont lieu samedi 4 septembre 2010 partout en France à l’initiative de 50 organisations citoyennes et partis politiques contre "les dérives du sarkozysme" (tautologie ?) et à l’occasion du 140e anniversaire de la République française (lire ici l’appel), le poète Patrick Chamoiseau* nous fait parvenir ce message, reproduit sous forme d’affiche et de carte postale, à diffuser largement.

Retrouvez en cliquant ici l’entretien publié l’été dernier dans la revue Cassandre/Horschamp, et ci-dessous son introduction par Nicolas Roméas :

Cet aède d’une mondialité fraternelle, ce grand parleur de notre langue qui lui rend sa charge et son âme, souple guerrier d’un monde haletant au carrefour des possibles, vieil enfant au cœur sédimenté, né dans l’île de Martinique (dont l’emblème est le colibri), ce noble descendant d’esclaves à la pensée marronne a choisi d’écrire depuis son pays dominé, cet archipel fluide, les Antilles, anciennes colonies aujourd’hui grosses de nos inspirations les plus précieuses, dont il épouse et sublime le combat.

Patrick Chamoiseau, qui publie aujourd’hui Les Neuf Consciences du Malfini, a récemment commis, avec Édouard Glissant et quelques rhapsodes amis, l’un des plus beaux gestes poétiques et politiques lancés au monde depuis des lustres, le Manifeste pour les « produits » de haute nécessité, hommage, appel, ouverture, chant profond scandé de foi et de désir, pour et avec les grévistes de Guadeloupe et de Martinique, incantation au devenir humain.

Avec Quand les murs tombent, ils ont, et de belle façon, rendu son vrai visage à la notion d’identité, si souvent et tristement réduite et galvaudée.

Et, comme le faisaient jadis troubadours et griots, ils saluèrent l’arrivée d’Obama d’un chant lyrique et ambitieux : L’Intraitable Beauté du monde.

Il était important de croiser ce poète, ce frère aimé, dans les combats spirituels que nous devons mener.




<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Une révolte en images !
ARTICLE SUIVANT >>
Les hyènes hurlent et les caravanes passent...





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».