Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Archives

« Culture ou communication, il faut choisir »

Lettre à Aurélie Filippetti
par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Chère Aurélie Filippetti,

Ce qui agite aujourd’hui le cénacle des professionnels de cette profession que l’on nomme (avec ironie ?) spectacle vivant, c’est la grave question des nominations à la tête des théâtres publics. Or, disons-le, l’essentiel n’est pas là ! Nous ne nous joindrons pas à la meute qui hurle pour défendre telle ou telle chapelle, tel ou tel segment de la corporation, tel ou tel copinage en faveur de patrons rivés à leur pouvoir loin des grands idéaux de la Décentralisation théâtrale, telle ou telle rancœur au détour d’une carrière qui a peu à voir avec les vrais enjeux de l’art et de la culture.

Non, nous ne nous joindrons pas à cette meute qui vous attaque sur de mauvaises bases, ce n’est pas, à nos yeux, le combat à mener. Mais si la parité est un sujet important, il doit alors s’appliquer à l’ensemble des corps de métier et faire l’objet d’une politique globale de ce gouvernement. Et il ne faudrait pas l’utiliser, en ce qui concerne la culture, pour masquer les enjeux fondamentaux.

Ce qu’il faut absolument éviter, c’est de confondre l’échange artistique avec une quelconque gestion. Nous avons subi pendant cinq ans un gouvernement ultralibéral sous la pire influence nord-américaine, qui s’est acharné à détruire tous les outils de la pensée et de la transmission dans tous les domaines, de l’éducation à la psychiatrie en passant par le service public de l’art, et nous avons clairement voté contre cette politique. Nous attendons maintenant un geste symbolique fort. Nous attendons d’un gouvernement de gauche qu’il remette les valeurs à leur place, qu’il installe au cœur de son action une vraie réflexion sur le sens de ce qu’on appelle la culture dans notre société. Il y a urgence !

Or, rien de significatif ne se passe de ce côté-là et, parallèlement, le budget de cet historique ministère (dont la philosophe Marie-José Mondzain fait à juste titre remarquer qu’il est scandaleux d’y accoler le mot « communication ») est en baisse, alors que les moyens nécessaires pour soutenir les outils de la connaissance et de la transmission sont dérisoires au regard des dépenses faites dans d’autres domaines, et, surtout, qu’il s’agit d’un investissement ridicule par rapport aux bénéfices réels qu’il apporte, en termes de résistance à l’entreprise néolibérale de déshumanisation.

Ce qui importe avant tout en la matière, c’est bien sûr la manière de faire, de répartir les énergies, beaucoup plus que la somme d’argent injectée. Reste que c’est un signe désastreux de diminuer aujourd’hui le budget de la culture en France sous prétexte de crise, alors que, précisément, ce qu’on appelle culture (l’esprit critique, la transmission des savoirs, la rencontre de l’autre, le débat), est évidemment ce dont nous avons le plus besoin dans un moment où les forces du chiffre et de la quantité sont en passe de déshumaniser le monde. Venant d’un gouvernement de gauche, ce geste symbolique qui ne change rien aux finances du pays, est extrêmement négatif. On peut aisément l’interpréter comme un acte de soumission aux forces ultralibérales qui visent la destruction, sur l’ensemble de la planète, de tous les systèmes de solidarité et autres outils de la transmission de l’art et des connaissances.

Et si, au même moment, on encourage les investissements du privé (qui en attend bien sûr des retours), on peut se dire que la dynamique en marche est bel et bien d’inspiration néolibérale. Or il s’agit d’un combat entre deux conceptions de l’humain et du monde. Et pour me résumer en revenant sur l’intitulé du ministère, je dirais : « culture ou communication, il faut choisir ».

Pour donner du courage à ceux qui œuvrent dans l’ombre avec peu de moyens (et devraient absolument être soutenus par un gouvernement qui se dit de gauche), il eût été judicieux au moins de ne pas toucher à ce budget, quitte à le répartir autrement. Et il est crucial par ailleurs de développer depuis ce ministère une parole publique, politique, sur l’importance fondamentale des outils symboliques dans le processus de construction des êtres humains.

Si un gouvernement de gauche ne le fait pas, qui le fera, chère Aurélie ? Catherine Trautmann a agi en son temps, en inventant une Charte des missions de services publics, qu’elle tenta de faire appliquer pour rappeler à leurs devoirs les utilisateurs de fonds publics. Elle l’a payé, cher. Oui, c’est un combat, toujours risqué face aux pesanteurs et autres égoïsmes, mais c’est cette ligne qu’il faut reprendre, et amplifier. Si nous voulons servir à quelque chose, dans la guerre qui fait rage entre le monde du chiffre et celui du symbole, il n’y a pas d’autre voie. Nous attendons de votre part, chère Aurélie, un geste fort. Un signe courageux qui rendra à ce ministère le sens qu’il doit avoir.

Dans cet espoir, cordialement à vous,

Nicolas Roméas
www.horschamp.org






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

Nos amis de la troupe Jolie Môme pré­sen­tent actuel­le­ment dans leur très beau lieu de la Belle Étoile une pièce de Bertolt Brecht, l’un de ses textes mili­tants qu’il nom­mait « lehrs­tuck » (une pièce didac­ti­que) et qui dans son esprit étaient des­ti­nés à faire com­pren­dre, en par­ti­cu­lier aux jeunes gens, les fonc­tion­ne­ments d’une société capi­ta­liste tra­vaillée par la lutte des clas­ses.


Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan le mardi 25 avril à 20 heures à La Parole errante 9, rue François Debergue - Montreuil. (métro : Croix de Chavaux).


Rien, jamais, n’aura été banal dans la vie d’Armand Gatti qui vient de décé­der. Même pas le chassé-croisé entre l’annonce aux Amis de l’Humanité d’un rendez-vous avec lui, le 19 avril pro­chain, et sa dis­pa­ri­tion le 6, ses obsè­ques, le 13 au cré­ma­to­rium du Père Lachaise.


« Lecture de 5 faits d’actua­li­tés... » Éditions Al dante, 2016. Une pro­po­si­tion d’Alphabetville dans le cadre de Faits divers. Jeudi 13 avril à 18h30 à la librai­rie la Salle des machi­nes à Marseille.


Comment réin­ter­ro­ger l’éducation popu­laire et répon­dre aux enjeux actuels à tra­vers une démar­che de recher­che-action ?


Le 11 avril, la librai­rie du Jeu de Paume et les Presses du réel vous invi­tent à ren­contrer Emmanuel Alloa, Georges Didi-Huberman, Marie-José Mondzain, Magali Nachtergael et Peter Szendy à l’occa­sion de la paru­tion de Penser l’image III. Comment lire les images ?


Julien Blaine conti­nue à faire vivre et revi­vre la poésie. Il la donne à voir là où on ne l’attend pas, dans le quo­ti­dien et l’actua­lité.
En dehors de ses per­for­man­ces et expo­si­tions, voici quel­ques œuvres parues ces der­niè­res années, aperçu non exhaus­tif de ses der­niers tra­vaux.


Des Capitales euro­péen­nes de la Culture pour un projet cultu­rel et démo­cra­ti­que euro­péen…