Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Articles

Coupé du Monde [16] / Black book

Tirs à balles réelles
par Pierre-Jérôme Adjedj
Thématique(s) : Géo-Graphies Sous thématique(s) : Futebol
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Si cet article emprunte sont titre à l’excellent film de Paul Verhoeven, c’est évidemment en premier lieu en référence à l’équipe des Pays-Bas, qui jouent aujourd’hui leur huitième de finale contre le Mexique. Mais c’est également l’occasion d’évoquer le livre noir de cette coupe du monde, qui contrairement à celui de l’histoire de la collaboration néerlandaise, n’en finit pas de s’écrire au présent, au jour le jour, en direct.

L’effet de répétition

Il est fort possible qu’il soit lassant de se voir répéter jour après jour ce que les matches, sans aucun doutes réjouissants sur le plan sportif, cachent de régressions sociales et de négations des droits fondamentaux. J’entends (à[...]

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous ou abonnez-vous sur le site www.horschamp.org

Ce journal culturel en ligne est alimenté et animé par l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et les nouveaux rédacteurs de L’Insatiable qui produit également Archipels avec Culture et démocratie. Nous vous proposons des formules d’abonnement à L’Insatiable et à Archipels. Vous pouvez également recevoir des collections de numéros thématiques de Cassandre/Horschamp. Nous ne pourrons évidemment pas continuer à le développer sans votre soutien !




Post-scriptum :

GIF





Lire aussi :
Coupé du monde [Prologue] / La défaite de Socrate dans les arrêts de jeu
Coupé du Monde [1] / La faim justifie les moyens
Coupé du monde [2] / La mauvaise Grèce
Coupé du Monde [3] / Faut pas charnier, quand même !
Coupé du Monde [4] / Joue-là comme Boko Haram
Coupé du Monde [5] / La guerre est un plat qui se mange froid
Coupé du Monde [6] / Le coup d’Etat permanent
Coupé du Monde [7] / La glorieuse incertitude du sport
Coupé du Monde [8] / Loin des sous, loin du cœur
Coupé du Monde [9] / Deutschland, Deutschland über alles
Coupé du Monde [10] / C’était mieux avant...
Coupé du Monde [11] / Pour du beurre
Coupé du Monde [12] / Le jour des tricheurs
Coupé du Monde [13] / La valise diplomatique
Coupé du Monde [14] / Le football c’est pas un sport de gonzesse
Coupé du Monde [15] / Par élimination
Coupé du Monde [17] / L’avant-guerre
Coupé du Monde [18] / À qui perd gagne
Coupé du Monde [19] / Pulsions de mort
Coupé du Monde [20] / Gueule de bois
Coupé du Monde [21] / La défaite en chantant
Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ». Tout son tra­vail consiste à faire de celui qui a vécu « la chose » que ce soit Hiroshima, Auschwitz... le seul déten­teur Ce-quel­que-chose-qui-est-la-De

Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.