Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Communiqué de l’équipe du prix Artémisia

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


COMMUNIQUÉ

Festival d’Angoulême, du nouveau ?

La colère manifestée par Artémisia et les femmes bédéastes a enfin obligé
les autorités à bouger !
Les conclusions du rapport prennent acte du sexisme du festival d’Angoulême et,
au sein d’Artémisia, nous en sommes tous satisfaits.
Maintenant notre association attend des actes, car la marchandisation
ambiante, l’appât du gain, les rivalités d’intérêts, peuvent saboter, comme souvent,
les meilleures intentions.
Il faut que les pouvoirs publics assument leur responsabilité et ne délèguent pas
tout aux marchands. La création a besoin d’être soutenue et encouragée dans ses
moindres initiatives.

Nous profitons de l’occasion pour faire un rappel de la charte du jury d’Artémisia :

Ce jury concentre sa sélection sur des albums réalisés intégralement par une ou
plusieurs femmes.
. Il conserve un principe de sélection annuelle, de janvier à décembre inclus.
. Il annonce une liste d’une dizaine d’albums autour du 15 décembre.
. Le prix Artémisia est proclamé le 9 janvier, date anniversaire de la naissance de
Simone de Beauvoir, et est remis quelques jours plus tard.

L’association Artémisia, à but non lucratif, est une structure progressiste et féministe
qui a pour objectif de valoriser la bande dessinée d’auteure plutôt que la bande dessinée commerciale. Cette structure autonome a toujours été en lutte contre l’ostracisme et les inégalités, qu’elles soient de sexe, de race, de fortune, ou sociales.
Le “processus de réforme” du festival, et notamment l’introduction de la parité
hommes/femmes dans les instances de sélection et les jurys sont un pas en avant et
confirment que le travail effectué par l’association Artémisia depuis 10 ans porte
peu à peu ses fruits.

« Parce que la création de bande dessinée au féminin nous semble peu connue et
reconnue, peu valorisée et éclairée, quelques arbres surexposés cachant la forêt
des talents laissés dans l’ombre ou à l’abandon. Parce qu’un regard féminin sur la
production de bandes dessinées nous paraît essentiel. Parce que se donner le
pouvoir de reconnaître et non pas seulement de produire est un enjeu et un symbole
des plus importants pour les femmes qui participent à cette aventure. Parce que la
bande dessinée destinée à tous et largement diffusée, reste un média dominé par
l’imaginaire masculin, qui véhicule des stéréotypes écrasants. Parce que les jurys,
notamment pour les présélections (cf. Angoulême), sont généralement composés
des seuls représentants du sexe dit fort. Parce qu’il n’y a pas de raison pour que
seuls la littérature avec son prix Fémina, et le cinéma avec son festival de Créteil,
aient droit à des espaces de légitimation et de reconnaissance au féminin. C’est
pour toutes ces raisons que nous avons créé un prix qui distinguera un album
scénarisé et/ou dessiné par une ou plusieurs femmes. Il sera décerné chaque année
le 9 janvier, date anniversaire de la naissance de Simone de Beauvoir »

C’est ainsi que l’association Artémisia s’exprimait il y a dix ans en créant le prix du même nom.

Les membres du jury Artémisia :
- Eva Almassy, écrivaine, complice des « Papous dans la tête » sur France Culture
- Gilles Ciment, théoricien du cinéma et de la bande dessinée, directeur adjoint de l’ECPAD ancien
directeur de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
- Odile Conseil, journaliste, créatrice du festival Ciné Salé, participe également aux « Papous dans
la tête » sur France Culture
- Jean-Christophe Deveney, scénariste de bande dessinée, enseignant
- Céline du Chéné, productrice, chroniqueuse et reporter pour l’émission « Mauvais genres » sur
France Culture
- Patrick Gaumer, écrivain, journaliste, auteur du Dictionnaire mondial de la BD (Larousse)
- Sigrid Gérardin, militante féministe, enseignante, secrétaire générale du secteur éducation d’un
syndicat enseignant.
- Marion Laurent, bédéaste et enseignante
- Chantal Montellier, bédéaste et fondatrice du Prix Artémisia
- Patrig Pennognon, correcteur, poète, journaliste culture
- Olivier Place, libraire
- Frédéric Potet, journaliste au Monde
- Silvia Radelli, plasticienne
- Donatella Saulnier, écrivaine, critique littéraire, médiatrice culturelle
- Rachel Viné-Krupa, libraire, spécialiste de l’art mural mexicain, de Frida Kahlo et de Tina Modotti
Parrain : Gilles Ratier, écrivain, journaliste, auteur du rapport annuel sur la situation
économique et éditoriale de la bande dessinée ; rédacteur en chef de BDZoom






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Notre ami Hervé Breuil a créé le Lavoir Moderne Parisien il y a vingt-huit ans dans un ancien lavoir public situé rue Léon, au cœur de ce quar­tier popu­laire qui devint peu à peu l’enclave « afri­caine » de la Goutte d’or, dans le dix-hui­tième arron­dis­se­ment de Paris. Un quar­tier à la répu­ta­tion inquié­tante, sous la menace per­ma­nente d’opé­ra­tions immo­bi­liè­res, mais en réa­lité très vivant.


Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res. Nous vou­lons déve­lop­per ensem­ble une revue papier per­met­tant de mettre en valeur, com­pren­dre et favo­ri­ser, les échanges entre les artis­tes et l’ensem­ble de la col­lec­ti­vité humaine.


J’ai rendez-vous à l’hôpi­tal Saint-Vincent de Paul pour me faire réa­ni­mer. Prise en charge par une infir­mière puis une équipe de méde­cin, je serai rame­née à la vie et inci­tée à en pro­fi­ter.


Pierre Debauche a été, de très près comme de loin, un solide com­pa­gnon de route de notre tra­vail pour l’art et la culture dans la société, un repère et l’une de nos brû­lan­tes ins­pi­ra­tions. Un grand frère d’armes jusqu’à son der­nier souf­fle pour tous ceux qui, jeunes ou non, savent que le théâ­tre est un lieu de par­tage essen­tiel. Et s’effor­cent, en ces temps arides, de mettre en pra­ti­que ce savoir.


Besançon. Sabrina Boukhenous retrouve son public pour l’inau­gu­ra­tion du Festival du tout jeune Collectif Haïku avec sa pre­mière créa­tion solo : Plastik. Plus exac­te­ment l’agui­che d’une pro­po­si­tion plus longue, en cours d’écriture, sur les per­ver­si­tés d’une société pro­duc­ti­viste et nar­cis­si­que. Premier tableau expri­mant les effets des ryth­mes pro­fes­sion­nels sur l’humain, Plastik sonne comme un pré­texte : mettre le corps opprimé au ser­vice de l’image, la danse et le théâ­tre au ser­vice d’un mes­sage.