Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Ce quelque chose qui est là... De Chantal Morel, au Festival d’Avignon

par Alicia
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Cette histoire simple, et les contraintes qu’elle nous impose, conviennent à un théâtre simplement artisanal. Pas de recours aux techniques contemporaines. Technique qui fut l’immense chantier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais complètement intouchés ; nous devenons des analphabètes de l’émotion ». Tout son travail consiste à faire de celui qui a vécu « la chose » que ce soit Hiroshima, Auschwitz... le seul détenteur de la parole qui dit, laissant persistante la présence de l’homme au monde. Celui qui a vécu « la chose », lance un signal. Et ce signal clignote dans l’inimaginable. Il est ce qui permet de se représenter la chose...
Notre travail parle-t-il de Tchernobyl, d’Hiroshima ? Oui, bien sûr. Mais à l’échelle de celui pour qui ce n‘est ni une nouvelle à la radio, ni un titre dans un journal. A l’échelle et à la mesure de celui qui vit, qui éprouve. Là où il y a aussi de la joie, la grande joie de l’amitié, de la fidélité. A l’échelle du théâtre où l’on devient chacune, chacun capable de sortir de la stupeur pour retrouver la parole/action. Parole qui réduira l’écart entre produire, imaginer, agir, moraliser, éprouver, penser.

Chantal Morel

« Ca va te paraître étrange peut-être, mais cette zone, même avec sa poisse qui s’est fichue partout et qu’en finit pas de te coller à la peau, hé ben c’est un endroit que j’aime bien. Je m’y sens pas si mal. Sûr que c’est autre chose que le monde normal. Disons que c’est pas la même pourriture. Mais, à choisir, je crois que je préfère la pourriture d’ici. Elle est peut-être aussi vicelarde que l’autre mais, comment dire, avec elle tu valdingues quand même pas autant dans le caniveau. »
Kouzma


CE QUELQUE CHOSE QUI EST LÀ…

D’après La nuit tombée, d’Antoine Choplin

Avec Roland Depauw et François Jaulin
Musique et système son : Patrick Najean
Mise en scène : Chantal Morel
Maquette : Sylvain Lubac
Marionnette, masque : Judith Dubois
avec l’aide précieuse de Marie Vayssière

Du 7 au 28 juillet à 16h45
Relâche les mercredis 12, 19 et 26 juillet
Au Théâtre Artéphile,
7 rue Bourgneuf,
84000 Avignon

Réservations : 04 90 03 01 90






1 commentaire(s)

Annik ARCHER 11 juillet 2017

Paris - peu de tps pour écrire. A Chantal Maener Morel -
11 JUILLET 2017
Ainsi nos ancien(n)es camarades de philo font leur chemin... comme Kant !
Les un(e)s ont bossé, écrit et rédigé pour les entreprises, l’Educ. Nat. et ne gagnent rien (que le droit d’être "recopiés" ou un peu plagiés.
J’espère que ce n’est pas le cas ici.
Bonjour, donc, aux ancien(n)es de l’institut de philo. de Clermont-Ferrand - années 70.
Illustration du noumen (ou numen) - toujours un gobeltet percé... ?
Salut,
Annik
AA/.

Signaler
Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Notre ami Hervé Breuil a créé le Lavoir Moderne Parisien il y a vingt-huit ans dans un ancien lavoir public situé rue Léon, au cœur de ce quar­tier popu­laire qui devint peu à peu l’enclave « afri­caine » de la Goutte d’or, dans le dix-hui­tième arron­dis­se­ment de Paris. Un quar­tier à la répu­ta­tion inquié­tante, sous la menace per­ma­nente d’opé­ra­tions immo­bi­liè­res, mais en réa­lité très vivant.


Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res. Nous vou­lons déve­lop­per ensem­ble une revue papier per­met­tant de mettre en valeur, com­pren­dre et favo­ri­ser, les échanges entre les artis­tes et l’ensem­ble de la col­lec­ti­vité humaine.


J’ai rendez-vous à l’hôpi­tal Saint-Vincent de Paul pour me faire réa­ni­mer. Prise en charge par une infir­mière puis une équipe de méde­cin, je serai rame­née à la vie et inci­tée à en pro­fi­ter.


Pierre Debauche a été, de très près comme de loin, un solide com­pa­gnon de route de notre tra­vail pour l’art et la culture dans la société, un repère et l’une de nos brû­lan­tes ins­pi­ra­tions. Un grand frère d’armes jusqu’à son der­nier souf­fle pour tous ceux qui, jeunes ou non, savent que le théâ­tre est un lieu de par­tage essen­tiel. Et s’effor­cent, en ces temps arides, de mettre en pra­ti­que ce savoir.


Besançon. Sabrina Boukhenous retrouve son public pour l’inau­gu­ra­tion du Festival du tout jeune Collectif Haïku avec sa pre­mière créa­tion solo : Plastik. Plus exac­te­ment l’agui­che d’une pro­po­si­tion plus longue, en cours d’écriture, sur les per­ver­si­tés d’une société pro­duc­ti­viste et nar­cis­si­que. Premier tableau expri­mant les effets des ryth­mes pro­fes­sion­nels sur l’humain, Plastik sonne comme un pré­texte : mettre le corps opprimé au ser­vice de l’image, la danse et le théâ­tre au ser­vice d’un mes­sage.