Bateleurs de la mondialité

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Articles

Bateleurs de la mondialité

Le soleil juste après
PARTAGER ►

par Coline Merlo
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Laurent Poncelet assemble le travail encore frais de comédiens venus des deux côtés de l’Atlantique. Énergique, candide… et assez filou.

Commençons par le plus neuf, le plus mythologique. Les cheveux sont des membres du corps. L’état de la chevelure, sa disposition, son mouvement organique, viennent parachever la posture, résonnent sur les autres, influent sur l’état du co[...]

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous ou abonnez-vous ici

Ce journal culturel en ligne est alimenté et animé par l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et les nouveaux rédacteurs de L’Insatiable qui produit également Archipels avec Culture et démocratie. Nous vous proposons des formules d’abonnement à L’Insatiable et à Archipels. Vous pouvez également recevoir des collections de numéros thématiques de Cassandre/Horschamp. Nous ne pourrons évidemment pas continuer à le développer sans votre soutien !


fake lien pour chrome



Partager cet article /  



<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Les droits culturels risquent de ne pas être reconnus !
ARTICLE SUIVANT >>
Après le Chiapas, les Hautes-Alpes !
(Tamèrantong ! prend de la hauteur)




1 commentaire(s)

Thomas Hahn 17 février 2015

oui, effectivement, comme c’est bien esquivé dans la critique, il faut bien le dire, artistiquement c’est un naufrage.

Mais il n’y a pas de naufrage sans lutte, et c’est dans cette lutte que le travail trouve son sens. On imagine le travail qu’il faut pour mettre au diapason d’une création pour la scène des personnes qui vivent réellement ce qu’elle décrivent dans leur spectacle. Comment leur demander une attitude plus distanciée ?

On le lit bien ici entre les lignes, qu’un travail sur soi et sur les liens avec les autres groupes d’une équipe artistique ne donne pas automatiquement un résultat conforme à la vision occidentale.

Pour eux, perler de leur condition dans une débauche d’acrobatie, parkour, danse, musique, jonglage etc c’est une merveille. Pour nous, qui savions déjà, le résultat rappelle l’art -thérapie, puissance 10.

Et en effet, une prochaine création sera peut-être un pas vers l’avenir, vers "Le soleil, juste après" cette tentative honorable.

Signaler
Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Lancement d’Archipels 2 à Liège le 18 novem­bre 2017 de 18h à 19h30.« Devant des événements aussi vio­lents que la “crise des migrants”, il est plus commun, plus immé­diat, de se lais­ser sidé­rer que de consi­dé­rer », écrit Marielle Macé, la sidé­ra­tion indui­sant une mise à dis­tance, une para­ly­sie, à l’inverse de la consi­dé­ra­tion qui favo­rise la com­pas­sion, la lutte.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !