Bienvenue aux insatiables !



Un journal en ligne d’informations de débats et d’humeurs
animé par l’équipe de L’Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Articles

« Avec les outils actuels, il faut être essentiel »

Un entretien avec Jose Luis Guerín
par Stéphane Pichelin
Thématique(s) : Inclassables, improbables, incasables Sous thématique(s) : Cinéma
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


JPEG - 295.6 ko

Jose Luis Guerín est certainement moins connu que ses compatriotes Pedro Almodovar ou Alex de la Iglesia. Il est pourtant l’un des cinéastes espagnols les plus passionnants et les plus inventifs du moment, un infatigable explorateur du médium cinématographique et de ses relations avec le monde et le temps. Ainsi Le Spectre de Thuit (Tren de Sombras, 1997), reconstitution d’un film de famille de la fin des années 1920, interroge la fragilité du film et sa survie prise sur le temps et sur l’authenticité. Avec Innisfree (1990), Guerín enregistre les traces et l’impact sur le petit village irlandais de Cong, du tournage par John Ford de L’Homme tranquille (The Quiet Man, 1952). En construcción (2001) et Dans la ville de Sylvia (2007) mêlent fiction et documentaire pour dresser le portrait d’un territoire, à la manière de Robert Flaherty [1]. Guest (2010), dans lequel Guerín se filme en invité d’une pléthore de festivals, et Correspondencia J. Mekas-J.L. Guerín (2011) s’intéressent au statut même de cinéaste tandis que Dos cartas a Ana et Recuerdos de una mañana (tous les deux de 2011), élégies pour des proches décédés, questionnent les puissances du cinéma face à la mort. Dans tous ces films, le cinéma est à la fois un dispositif de découverte et un mystère de la vision, une réalité aussi réelle et concrète que le réel concret qu’elle reproduit. Nous avons rencontré Guerín à l’automne dernier, à une terrasse nantaise, à l’occasion d’une rétrospective de son œuvre dans la salle du Cinématographe. Nous avons bien sûr parlé de cinéma (Merci à Lucie Hautière, Emmanuel Gibouleau et Nicolas Thévenin pour leur participation à la discussion).

On va partir de deux de tes films : « Dans la ville de Sylvia » et « Innisfree ». Car j’ai eu l’impression, en les voyant, que le premier s’explique d’une certaine manière très bien par le second, dans le sens où le récit de « Dans la ville de Sylvia », même s’il a une importance dans le film, est en même temps le prétexte pour cette déambulation documentaire dans les rues de Strasbourg, et il me semble que c’est aussi cet aspect documentaire du film « The quiet man », de John Ford, que tu mets en avant en partie dans « Innisfree ». Et c’est vrai que chez Ford il y a cet aspect documentaire.

Ce n’est pas John Ford. C’est un cinéaste bien sûr très important pour moi, mais je n’aurais jamais conçu un film du côté cinéphile, un film sur un autre film. Innisfree n’est pas un film sur un film. C’est un film que j’ai fait parce que j’ai ét[...]

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous ou abonnez-vous sur le site www.horschamp.org

Ce journal culturel en ligne est alimenté et animé par une partie de l’équipe de Cassandre/Horschamp qui produit également Archipels avec Culture et démocratie. Nous vous proposons des formules d’abonnement à L’Insatiable et à Archipels. Vous pouvez également recevoir des collections de numéros thématiques de Cassandre/Horschamp. Nous ne pourrons évidemment pas continuer à le développer sans votre soutien !




Post-scriptum :

Photo : © Jorge Fuembuena, Festival de cinéma espagnol de Nantes.



[1Réalisateur en 1922 du célèbre Nanouk l’Esquimau (Nanook of the North).





1 commentaire(s)

Murielle Aufranc 5 octobre 2014

Pour cinéphiles, photographes et cinéastes, pour tous ceux qui aiment découvrir comment on crée sens et poésie avec des images : stage d’une semaine avec José Luis Guerin en Andalousie (novembre 2014).
http://www.talleresencabodegata.com/jose-luis-guerin-2.html

http://www.talleresencabodegata.com/jose-luis-guerin-2.html Signaler
Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

10ème Festival Régional Itinéraires Singuliers, du 1er mars au 23 avril 2017, en Bourgogne-Franche-Comté…


Imaginée pour le mois de la photo 2017, IN/ OFF / OUT est une expo­si­tion photo col­lec­tive iné­dite : débor­dant le seul cadre de la gale­rie, les pho­to­gra­phes inves­tis­sent la rue pour y affi­cher en format monu­men­tal des images poé­tico-poli­ti­ques, qui ne devraient pas lais­ser indif­fé­rents. Nus mas­cu­lins ou fémi­nin, voiles et ombres, pay­sa­ges mys­té­rieux et illu­sions de réa­li­tés…


Autour de l’œuvre de Fernand Deligny. Poète-éducateur (1913-1996), Fernand Deligny dénonce d’emblée la mal­trai­tance des enfants dans les ins­ti­tu­tions. En 1968, il prend le maquis avec des enfants autis­tes dans les Cévennes, invente un mode de vie. F Deligny res­ti­tue à l’homme que nous sommes sa part mys­té­rieuse et fas­ci­nante d’inné et réha­bi­lite un humain d’espèce. Sa pensée inter­roge le pou­voir et la liberté.


L’ali­men­ta­tion est un acte bien au-delà d’une simple absorp­tion /trans­for­ma­tion c’est un acte cultu­rel qui nous rend acteur de notre envi­ron­ne­ment. Si nous nous ali­men­tons de vio­lence faite au règne végé­tal (pes­ti­ci­des insec­ti­ci­des) ou au règne animal (élevages en bat­te­ries) nous per­dons notre huma­nité ainsi que le dit le phi­lo­so­phe Emmanuel Kant : « l’inhu­ma­nité infli­gée à un autre détruit l’huma­nité en nous ».


Faisant suite à d’excep­tion­nel­les expo­si­tions telles Les Rouart en 2015, Maurice Vlaminck en 2014, Les pein­tres de Pont-Aven en 2013 et bien d’autres, « Peindre la ban­lieue » est la nou­velle expo­si­tion pré­sen­tée à l’ate­lier Grognard de Rueil. Dans nos ima­gi­nai­res, le mot ban­lieue évoque sou­vent des images grises, mais…


Le FIFA est une pla­te­forme de dif­fu­sion unique pour les arti­sans du cinéma qué­bé­cois, cana­dien et inter­na­tio­nal.
C’est une occa­sion unique de décou­vrir une cen­taine de docu­men­tai­res, d’essais, de vidéos d’artis­tes et d’oeu­vres de nou­vel­les écritures sur l’Art. # lefifa


Le débat en pré­sence des portes-paro­les Culture des can­di­dats à l’élection pré­si­den­tielle, sur la ques­tion "Quels pro­jets cultu­rels pour le pro­chain quin­quen­nat ?"


Rencontres autour "Des livres et l’alerte" pour encou­ra­ger à l’écriture et la pro­mou­voir, réflé­chir sur le lan­ce­ment d’alerte, et le rôle de celles et ceux qui la déclen­chent.