[Audio] Tunisie, Egypte… Iran : écho des résistances artistiques au Moyen (...)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Archives

[Audio] Tunisie, Egypte… Iran : écho des résistances artistiques au Moyen Orient.

« Artistes d’Iran, passeurs de Culture(s) »
PARTAGER ►

par Samuel Wahl

Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Aujourd’hui en Iran, les opposants au régime des Mollahs, organisateurs d’une contre-manifestation en réponse aux célébrations officielles du 32e anniversaire de la révolution islamique, se sont déclarés unis par un lien de sens et de solidarité avec les mouvements populaires qui agitent la Tunisie et l’Egypte dans l’espoir commun de mettre fin aux dictatures.

Aujourd’hui en Iran, les opposants au régime des Mollahs, organisateurs d’une contre-manifestation en réponse aux célébrations officielles du 32e anniversaire de la révolution islamique, se sont déclarés unis par un lien de sens et de solidarité avec les mouvements populaires qui agitent la Tunisie et l’Egypte dans l’espoir commun de mettre fin aux dictatures.

Dans la continuité de ce fil symbolique, nous vous invitons une soirée de projection et de débat : « Artistes d’Iran, passeurs de Culture(s) », qui se déroulera à l’Hôtel de Ville de Paris à l’invitation d’Emmanuelle Becker, où vient d’être accordé le titre de « citoyen d’honneur » à Jafar Panahi, cinéaste emblématique de ces combats pour la liberté.

Après la projection du Cri persan, dansé par le jeune Afshin Gaffarian, nous nous interrogerons en sa présence, avec le chorégraphe Thomas Lebrun et le poète Kazem Shahryari, sur leurs parcours sensibles, la façon dont ces artistes « déplacent les frontières », et inventent, à la croisée des chemins, les cultures à venir.

[Réservations et détails pour cette soirée ici]

En amont de cette rencontre, nous vous offrons l’écoute d’un document rare [2], une discussion fleuve avec Kazem SHAHRYARI, écrivain, metteur en scène, directeur de l’Art Studio Théâtre et directeur de collections aux Editions l’Harmattan.

Depuis l’entretien qu’il avait accordé à notre revue en 2003 [3], nous avons retrouvé Kazem d’étapes en étapes, lors des soirées "Exils" à la Chapelle des Récollets, ou aux rendez-vous nomades des "Fils de l’oralité". Cette archive est aussi témoin du continuum de pensée et d’action qui anime notre démarche éditoriale.

Depuis les montagnes kurdes où il prend conscience du pouvoir des mots après avoir été humilié pour avoir écrit un poème, jusqu’aux planches de l’Art-Studio Théâtre à Paris dans les Hauts de Belleville, qu’il fonde entièrement et dirige depuis 1986, il nous conte les moments forts de sa vie d’artiste : les livres interdits lus en cachette, les premières manifestations à l’Université de Téhéran, puis l’emprisonnement, l’évasion, l’exil en France, et enfin son engagement politique à travers ses aventures théâtrales, ses livres, ses collections, sa poésie.


CLIQUEZ ICI POUR COMMENCER L’ÉCOUTE

(durée 1h18)


[1] « Artistes d’Iran, passeurs de Culture(s) »

Jeudi 17 février 2011 à 18h30 à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville – 5, rue Lobau Paris 4e

L’entrée est libre, mais les réservations à l’Hôtel de Ville sont impératives. Merci de confirmer votre présence au 01 42 76 57 68.


[2] Micro-rencontre de Cassandre-Horschamp avec Kazem Shahryari à la Maison d’Europe et d’Orient, animée par Nicolas Roméas et Valérie de Saint-Do, en collaboration avec Dominique Dolmieu. Musique : Barzan Yassin. Montage : Samuel Wahl.

Première diffusion 2006 : émission echo-errances, radio Fréquence Paris Plurielle.


[3] Cf. Cassandre-Horschamp n°54, Juillet-Août 2003 : "(É)migrations".


> Le site de l’Art-Studio Théâtre : www.artstudiotheatre.org

> Le site de la Maison d’Europe et d’Orient : www.sildav.org



fake lien pour chrome



Partager cet article /  


<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Bush avait son Patriot Act, Sarkozy a sa LOPPSI 2 !
ARTICLE SUIVANT >>
La révolution du cactus !





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.