Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Ardente Patience d’Antonio Skàrmeta

par L’équipe
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


La compagnie YORICK et le Café de la Danse vous invitent à découvrir Ardente Patience d’Antonio Skàrmeta mis en scène par Michael Batz.

Dans son refuge de poète à Isla Negra, Pablo Neruda est l’unique client du facteur Mario Jiménez. Leurs rapports se changent en amitié et Mario demande à Neruda de lui enseigner l’art de la poésie afin de conquérir l’amour de la belle Beatriz González. Le poète l’aide, mais la mère de Beatriz, se méfie de la poésie et s’oppose à la romance.

Les amoureux gagnent, Salvador Allende remporte les élections, Neruda obtient le prix Nobel. La pièce suit la monté de l’Unité Populaire jusqu’à la tragédie finale : la mort du poète, du président et de la démocratie chilienne.

A la fois émouvante et faussement légère, profonde et extrêmement drôle : une comédie qui se transforme en tragédie, une histoire d’amour qui devient une histoire de perte. La mise en scène de Michael Batz met comme toujours en avant la musique et les images d’une manière cinématographique.

Avec : Jean-Paul Zennacker, Frédéric Kontogom, Olivia Barreau, Nadine Servan, Wladimir Beltran, Léo Mélo
Adaptation et mise en scène : Michael Batz
Création lumières : Romuald Lesné
www.ardentepatience.com

Une coproduction L’apostrophe, Scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise, La Compagnie Yorick, Cartoucherie, Théâtre de l’Épée de Bois.

ARDENTE PATIENCE
Du 14 janvier au 01 février à 20h00
Café de la Danse
5 passage Louis Philippe
75011 Paris
www.cafedeladanse.com/ardente-patience/






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.