Appel - Le théâtre paie sa dette à la Grèce !

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Articles sans abonnements

Appel - Le théâtre paie sa dette à la Grèce !

PARTAGER ►

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



« Si la Grèce est expulsée de l’euro, que l’Europe lui rende le nom et s’en invente un autre. »
Erri De Luca

JPEG - 401.9 ko

Appel

Le théâtre paie sa dette à la Grèce !

Nous, hommes et femmes dont le théâtre est une part de notre vie, devons tant à la Grèce. Notre dette est immense.

Le théâtre et la démocratie sont nés en même temps, et au même endroit, sur l’Agora d’Athènes. Ils ont grandi au cœur de notre continent et du monde. Nous ne perdons pas la mémoire.

Nous croyons en l’Europe, celle du savoir et de l’imaginaire partagé. Nous croyons en l’Europe démocratique, celle où chaque citoyen compte pour un.

Nous croyons que la crise actuelle sera demain un levier pour bâtir cette Europe là, celle qui sera au service d’une mondialité de l’échange et du co-développement.

Nous sommes solidaires des Grecs, nous sommes à leurs côtés. Ils sont notre meilleur soutien pour chasser l’austérité de notre continent et remettre l’être humain et la solidarité au cœur de notre projet commun.

Alors que tant de haines et de souffrances nourrissent le retour d’un fascisme qui ne dit pas son nom, le peuple grec nous appelle à ne pas nous tromper d’ennemi.

Entendons cet appel !

Aristophane, Eschyle, Euripide, Sophocle : Nous proposons de payer notre dette poélitique à la Grèce par une “Agora des mots et des idées“ où les artistes et les citoyens pourront dire à leur manière les mots d’hier et d’aujourd’hui le Jeudi 16 Juillet à 20h30 à la place du Petit Palais d’Avignon.

Premiers signataires :
Pascale Bigot, Pépito Matéo, Philomila Akepsimas, Nicolas Roméas, Amélie Chamoux, Jean-Michel Gremillet, Annie Rosenblatt, Marc Lacreuse, Jean-louis Sagot-Duvauroux, Laurent Eyraud-Chaume, Praline Gay-Para, Thomas Pitiot, Leila Cukierman, Nicolas Bonneau, Frédéric Plicque, Alain Hayot, Bernard Colmet, Agnès Cartraud, Dominique Dublin, Alice Vantalon, Olivier Chamoux, Frédéric Richaud, Michèle Sébastia, Michel Bellier, Claudie Gourjon, Yves Sanguinette, Joëlle Cattino, Sophie Beroud, David Garibay, Samuel Wahl, Paul Bouffartigue, Christophe Alévêque, Simon Lambert Bilinski, Mandarine Fabre, Phil Venturino, Olivier Perriraz, Valérie De St Do, Isabelle Desmero, Jean-Luc Galmiche, Cyrille Hrouda…

Signer l’appel via l.eyraud@wanadoo.fr


fake lien pour chrome



Partager cet article /  



<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Trois jours de Manifeste à Grande Synthe [1]
ARTICLE SUIVANT >>
Deux p’tites ballades pour TaParole





6 commentaire(s)

Rappoport 31 juillet 2015

En Grèce, été 2014 à Athènes et Livadi dans le Péloponnèse : un pays bien plus civilisé que la France, beaucoup moins de pauvreté visible dans les rues d’Athènes qu’à Paris.

Signaler

Wilhelm Queyras 15 juillet 2015

On ne peut ignorer le triste sort de la Grèce et la racine profonde du problème : un manque fondamentale de culture et d’éducation humaine. Nos responsables sont des âmes vidées de toute substance imaginative. Nous artistes, philosophes, journalistes, penseurs ou simple citoyens éclairés, eduquons ces marionnettes pour en faire des êtres porteurs de sens.

Signaler

Monique Benintendi 14 juillet 2015

Belle initiative que j’ai envie de soutenir.

Merci de me dire comment signer cet appel...
une adresse mail l.eyraud@wanadoo.fr

et ensuite ?
Fraternellement

Signaler

carlier 14 juillet 2015

L’Europe ne vivra pas sans la Grèce . Et sans la Grèce , l’Europe n’existerait pas , tout simplement .

Signaler

Daniel Hicter 14 juillet 2015

"Au Secour ! Au Secour ! Ils ont bayonné Europe qui sortait d’une boîte de nuit à Bruxelles !

Signaler

Lozat Valéry 14 juillet 2015

Que l’Europe rende le nom, qu’on cesse de piller et massacrer la Grèce, au nom de l’humanité

Signaler
Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Lancement d’Archipels 2 à Liège le 18 novem­bre 2017 de 18h à 19h30.« Devant des événements aussi vio­lents que la “crise des migrants”, il est plus commun, plus immé­diat, de se lais­ser sidé­rer que de consi­dé­rer », écrit Marielle Macé, la sidé­ra­tion indui­sant une mise à dis­tance, une para­ly­sie, à l’inverse de la consi­dé­ra­tion qui favo­rise la com­pas­sion, la lutte.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !