Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Articles

À propos de grève

Intermittents du spectacle
par Lydie Marsan
Thématique(s) : Politique de l’art Sous thématique(s) : Luttes , Politique culturelle , Economie culturelle
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


J’écoute les échos de la grève : Montpellier, Toulouse, Marseille, Thionville…

Moi aussi, je vais participer à un festival cet été, un petit festival qui a lieu tous les deux ans et qui dure trois jours, qui fait partie de l’identité de la région, qui emploie beaucoup d’intermittents (et beaucoup de bénévoles). Je travaille pour une compagnie de théâtre, une structure fragile, avec des gens que j’aime et dont j’aime le travail, qu’une annulation mettra forcément en péril.

- 

Et là, où la tentation du silence me guette, je reprends la mesure du mot « grève ». La grève est collective ou n’est pas. Elle ne m’est pas imposée et je ne l’impose pas : elle se vote. Elle se discute en AG, lieu de débat et de discussion, entre individus a priori pensants, doués de langage et responsables. Alors oui, certains parlent mieux ou plus fort, certains ont déjà réfléchi et aiguisé leur pensée ou leur argumentaire, mais, au fond, personne n’oblige personne à lever la main.

Le premier scandale serait-il donc de poser les questions : Si on faisait grève ? Si on en discutait ? Si on faisait une AG pour en décider ?

Voilà les questions que je poserai cet été.
Et pour commencer cette discussion que j’imagine aujourd’hui, je lirai ce texte, (texte original à une insulte et une citation près), écrit par quelqu’un de la coordination Nord Pas-de-Calais. Je l’ai trouvé aujourd’hui sur une liste d’information de la cip-idf.

Lydie Marsan

« La grève est une violence et l’a toujours été, je l’entends. Il faut se souvenir malgré tout d’une époque pas si lointaine où la troupe tirait sur les grévistes. La dernière fois à ma connaissance en France, c’étai[...]

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous ou abonnez-vous sur le site www.horschamp.org

Ce journal culturel en ligne est alimenté et animé par l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et les nouveaux rédacteurs de L’Insatiable qui produit également Archipels avec Culture et démocratie. Nous vous proposons des formules d’abonnement à L’Insatiable et à Archipels. Vous pouvez également recevoir des collections de numéros thématiques de Cassandre/Horschamp. Nous ne pourrons évidemment pas continuer à le développer sans votre soutien !






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ». Tout son tra­vail consiste à faire de celui qui a vécu « la chose » que ce soit Hiroshima, Auschwitz... le seul déten­teur Ce-quel­que-chose-qui-est-la-De

Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.