Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

4e édition des Soirées crépuscule du 11 au 14 septembre

par L’Insatiable
Sous thématique(s) : Slam , Conte , Art Plastique , Musique , Festival , poésie
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Concerts, ateliers, scène slam, expositions et autres surprises ou improvisations poétiques animeront la 4e édition des Soirées crépuscule. L’association Les Fées du son propose un programme où se côtoient différentes disciplines artistiques du 11 au 14 septembre prochain à Montauban.

Dans un lieu convivial et insolite à ciel ouvert en plein cœur de Montauban, les Soirées crépuscules sont l’occasion de rencontres et de partage autour de la poésie et d’autres pratiques artistiques. Créée en 2008 à l’initiative d’Alexis Kowalczewski, la manifestation accueille plus de 20 artistes du 11 au 14 septembre prochain.

L’inauguration du festival et le vernissage de l’exposition de Camille Marceau Je cherche la clef dit Alice. Elle n’était pas au pays des merveilles se déroulent dès 18h30 jeudi 11 septembre.

Les concerts ont lieu tous les jours dès 20h30.

  • Jeudi 11 septembre : le conteur sénégalais Boubacar Ndiaye suivi de Juliette Kapla et Claire Bellamy membres de Free songs.
  • Vendredi 12 septembre : Wladimir Anselme suivi d’Orlando Trio,
  • Samedi 13 septembre : Marie Sigal suivi de Laura Perrudin Quartet,
  • Dimanche 14 septembre : Gilles et Auguste suivi de La Marmite (Pierre Soletti, Frédéric Machemehl, Denis Leroux, Brahim Dhour et Eric Cartier)

Des ateliers slam seront animés par Eric Cartier vendredi 12 et samedi 13 septembre de 16h à 18h, suivis de scènes ouvertes dès 19h.

Le jardin est ouvert au public à partir de 15h pour qu’il y découvre Le jardin des fées de l’artiste Mourad Maalaoui, les mapping vidéo (création personnalisée et instantanée pendant les concerts) etfocale Z l’installation vidéo interactive d’Arnaud Courcelle. Rosendo Li présente sesCroquis sur le vif, quelques coups de crayons et l’artiste propose un portrait fidèle du public, d’un spectateur ou des artistes.

La librairie La femme renard de Montauban, présentera une sélection de livres autour de la poésie et la séance de dédicace de Pierre Soletti, samedi 13 septembre à 19h.

Pour en savoir plus : <popup|texte=ici|titre=festival|lien=http://www.soireescrepuscule.fr/>.

4e édition des Soirées crépuscule
19, rue Léon Cladel
82000 Montauban

GIF - 32.3 ko





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La finance ne déter­mine pas la géo­gra­phie et l’his­toire,le Royaume Uni est bien en Europe.
Le Théâtre de l’Opprimé fêtera la 10ème édition du fes­ti­val MigrActions. Dès la pre­mière édition de MigrActions en 2007, le fes­ti­val affirme sa volonté de célé­brer la liberté de migra­tion des formes, des iden­ti­tés et des géné­ra­tions. Culture en mou­ve­ment, en action, pro­ve­nant d’une plu­ra­lité d’hori­zons artis­ti­ques.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.