Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

31èmes Rencontres Cinéma de Gindou, du 22 au 29 août 2015

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Les Rencontres Cinéma de Gindou ont été créées en 1985. Activité phare et fondatrice de l’association Gindou Cinéma, le festival est né du désir de montrer et de défendre un cinéma de qualité tout en privilégiant la rencontre autour des films et le brassage des publics. Aujourd’hui, sa fréquentation dépasse les 18 000 spectateurs et le public s’est étendu aux cinéphiles venant de la France entière.

Durant une semaine, une centaine de films est projetée, sans compétition. Dans la mesure du possible, les films sont présentés par le réalisateur/réalisatrice ou un membre de l’équipe du film.

La programmation se compose de 3 sélections :

  • Hommage au producteur Paulo Branco (en sa présence) avec une sélection de films qu’il a produit, réalisés par Manoel de Oliviera, Raoul Ruiz, João César Monteiro, Sharunas Bartas, Laurence Ferreira Barbosa…
  • Les Vagabondages cinématographiques – libre parcours dans la cinématographie mondiale actuelle – présentent des films récents, en avant-première, inédits ou peu diffusés.
  • Une carte blanche à la Cinémathèque de Toulouse et aux Archives Françaises du Film nous permet d’explorer le patrimoine cinématographique.

A Gindou, le lieu phare est le Cinéma de Verdure, un lieu unique en Europe, spécialement dédié au cinéma. Inauguré lors des Rencontres Cinéma en 2007, sa capacité initiale est de 700 places ; équipé en projection numérique et en 35 mm. Le Louxor permet d’abriter les quatre projections en journée. C’est une salle éphémère de 300 places, équipée en projection numérique et en 35 mm.

En parallèle des projections :

  • Les tchatches : il s’agit de rencontres avec les réalisateurs, acteurs ou autres personnes ayant participé aux films, au cours desquelles le public réagit.
  • Les apéros concerts : ils font débuter les soirées en musique toute la semaine à 19h.
  • La librairie « La Tartinerie » propose des livres, DVD, des rencontres avec des auteurs.
  • Inauguration d’une exposition interactive sur l’histoire et les techniques du cinéma : librement inspiré par One Week de Buster Keaton. Créée par Gindou Cinéma, ce parcours s’adresse en priorité aux jeunes et il sera par la suite itinérant et adaptable à différents lieux des communes rurales.

Et enfin seront accueillis pour une 1ère résidence les participants à la 3ème édition de La Ruche, ateliers d’écriture de scénario de court métrage.

Pour plus d’informations : ici

Gindou Cinéma.
Le Bourg.
46250 GINDOU






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».