Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

11ème Festival des arts mêlés à l’Apostrophe

par L’Insatiable
Thématique(s) : L’art hors-champs Sous thématique(s) : Danse , Théâtre , Festival
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Du 9 janvier au 13 février 2015, se tiendra à L ’Apostrophe, scène nationale Cergy-Pontoise et Val d’Oise, le 11ème Festival des arts mêlés intitulé Périphérique. Pour ce mois dédié aux arts mêlés L’Apostrophe proposera pas moins de 11 spectacles hors normes, soit 27 levers de rideau sur des pièces où les arts se croisent, se côtoient, se complètent...

En janvier, à L’Apostrophe, scène nationale Cergy-Pontoise et Val-d’Oise, en partenariat avec deux structures Val-d’Oisiennes, le Théâtre Paul-Eluard , scène conventionnée à Bezons, et la Ville de Gonesse, la rentrée culturelle se placera sous le signe des multiples avec le 11ème Festival des arts mêlés Périphérique. Grands noms et étoiles montantes de la scène artistique actuelle de Fabrice Melquiot à Mié Coquempot en passant par Jean-Christophe Meurisse, en résidence à L’Apostrophe avec son collectif Les Chiens de Navarres, seront présents dès le 9 janvier pour proposer des spectacles hors normes ; à la croisées des chemins, des pratiques artistiques et de leurs différents univers...

Pour ouvrir ce mois des arts mêlés, Roland Auzet présentera sa pièce Aucun homme n’est une île du vendredi 9 au dimanche 11 janvier au Théâtre des Louvrais à Pontoise. Mélange de théâtre et de multimédia, Aucun homme n’est une île raconte l’histoire d’amitié entre un jeune adolescent et son complice virtuel, derrière l’écran de son ordinateur. Cet autre de pixels devient le confident silencieux du jeune homme perdu au sein d’une réalité qu’il ne comprend pas et où il ne trouve pas sa place. Dérive du virtuel, adolescence, solitude sont autant de points abordés avec poésie par le metteur en scène qui offre une réflexion sur une réalité qui dérange.

A la suite de cette pièce, la programmation se poursuivra avec le 13 et 14 janvier, le spectacle de la compagnie hollandaise Hotel moderne et sa fresque La grande guerre, qui à travers des miniatures et de l’animation replonge le spectateur dans les tranchées. Le 21 et 22 janvier Progénitures parties I et II de la danseuse Tal Beit Halachmi offre à voir et à entendre au public le verbe de Pierre Guyotat. Jusqu’au 13 février, les spectacles se succèderont, autant de belles créations à découvrir.

Information complémentaires

Périphérique – 11ème Festival des arts mêlés
Du 9 janvier au 13 février 2015

L’Apostrophe – Scène nationale Cergy-Pontoise et Val d’Oise
Place Arts - 95000 Cergy

Théâtre des Louvrais
Place de la Paix - 95027 Pontoise

Pour retrouver l’intégralité de la programmation, dates et horaires c’est : ici






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La finance ne déter­mine pas la géo­gra­phie et l’his­toire,le Royaume Uni est bien en Europe.
Le Théâtre de l’Opprimé fêtera la 10ème édition du fes­ti­val MigrActions. Dès la pre­mière édition de MigrActions en 2007, le fes­ti­val affirme sa volonté de célé­brer la liberté de migra­tion des formes, des iden­ti­tés et des géné­ra­tions. Culture en mou­ve­ment, en action, pro­ve­nant d’une plu­ra­lité d’hori­zons artis­ti­ques.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.